25 octobre 2004

éloge du livre, ou comment s'ennuyer en cours magistral

11h15-13h00...esthétique de la scène et de l'image : théâtre. Me voilà en train d'assister à un cours sur le "lieu théâtral", depuis ses débuts...Je tente tant bien que mal de prendre le cours. Mais voilà que le brave homme a plusieurs livres à son actifs dont l'un : la fabrique du théâtre (autant promouvoir un jeune auteur qui débute) qui reprend point par point ce que nous abordons au fil des cours, avec toutefois quelques divagations d'ordre théâtrales, bhein tiens..., les grandes mythologies grecques...la transcendance sous l'oeil de Dyonisos.

Alors, dans un acte passif de rebellion, je me retrouve à créer sur mes feuilles à petits carreaux de magnifiques constellations de croix, des cercles incertains, comme un ailleurs étoilé, sans théâtre, sans cours et sans tracas quotidiens...quelques râtures comme des labyrinthes fermés sur eux-même. Ma voisine, lectrice assidue se demande si elle peut quitter le cours, ayant déjà pris note de ce cours à partir du bouquin, ah les gens studieux...déchirée entre son estomac capricieux et son esprit de rigueur. Moi toujours sous les griffes de la chartreuse de Parme, je choisis de me faire encore désirer un peu... et continue mes petites constellations, mes constellations deviennent des cicatrices. du temps qui passe. Rothko dans sa première période aurait-il lui aussi eu ce cours magistral ?, je n'ose point éclaircir le mysthère de cet homme en un détail aussi léger... Alors c'est décidé : la semaine prochaine je prends mes crayons de couleur et je fais du Mondrian , à trois francs six sous...

Posté par samme à 16:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires sur éloge du livre, ou comment s'ennuyer en cours magistral

Nouveau commentaire